"Réparer l'Afrique" : un plaidoyer pour les Etats-Unis d'Afrique

Publié le par S.BACHIR

"Réparer l'Afrique"
"Réparer l'Afrique", le plaidoyer de Tidjani Tall pour les Etats-Unis d'Afrique
"Réparer l'Afrique" d'ici à 2030. Tout un programme. C'est à ce thème que s'est attaqué Tidjani "Jeff" Tall, expert franco-malien en stratégie et marketing. L'auteur part d'un constat désabusé sur le nombre d'Etats mal gouvernés et aux politiques destructurées que compte le continent africain, pour proposer de les réduire à quatre grands ensembles dominés par les puissances régionales.

Il ne craint pas, ce faisant, de bousculer les certitudes et les principes sacro-saints d'intangibilité des frontières héritées de la colonisation.

A travers les 77 pages de son essai, Tidjani Tall fait l'état des lieux de cinquante ans d'indépendance et met l'Afrique devant ses responsabilités. Le bilan qu'il fait de ces années d'errements est un spectacle de désolation, qu'il expose sans concession : l'Afrique est malade de ses contradictions, de ses divisions ethniques et politiques, lesquelles ont contribué à nourrir pas moins de trente-cinq conflits armés au cours des quatre dernières décennies vace leur cortège de morts (10 millions de victimes pour la seule Afrique subsaharienne) et valent au continent de compter aujourd'hui un nombre record de 26 millions de réfugiés.

 

Tidjani Tall en studio avec Lamine Nourridine Konkobo
Tidjani Tall en studio avec Lamine Nourridine Konkobo
Il situe certaines tares des sociétés africaines dans l'ethnicisme et d'autres formes d'affinités, ainsi que leurs avatars que sont l'affairisme, la corruption, le favoritisme et le népotisme.

Par ailleurs, l'auteur pourfend les chantres historiques du panafricanisme, qu'il accuse d'avoir davantage théorisé que concrétisé. Trop de projet pour assez peu de concret, dit-il en substance.

Comment sortir de ce cercle vicieux ?

Tidjani Tall propose de réunir les Etats du continent dans quatre grands ensembles sous-régionaux auxquels il donne les noms d'Egypte, Kongo, Nigeria et Kenya. A l'appui de son argumentaire, il estime que les quatre ensembles dont il propose la constitution auraient respectivement rangs de 11ème, 17ème, 18ème et 44ème économies du monde, en termes de PIB (Produit Intérieur brut.)

L'idée est généreuse, mais porteuse de nombreux écueils et chausse-trappes difficiles à surmonter. Imagine-t-on un ensemble Maroc-Sahara Occidental-Mauritanie se fondre au sein d'une fédération portant le nom de Nigeria et s'étendant de l'Ouest du continent au Cameroun, alors même que la RASD réclame son indépendance du Royaume chérifien depuis des lustres ? Imagine-t-on la Libye constituer un Etat unitaire avec la Tunisie, l'Algérie et l'Egypte ?

 

lamine Konkobo et Tidjani Tall
Pour Tidjani Tall, plusieurs fédérations d'Etats africains peuvent se constituer d'ici à 2030
Pas que l'idée d'une fédération d'Etats africains pose problèmeen soi, loin de là. Mais les réalités d'aujourd'hui sont à mille lieues de cet échaffaudage certes subtil du point de vue des réalités macroéconomiques, mais fort contestable au regard des réalités historiques et socio-politiques.

Tidjani Tall le reconnaît du reste mezza voce, qui affirme que l'objectif premier de son livre est de susciter un débat et une certaine prise de conscience au regard des problèmes du continent, davantage cela que de parvenir réellement en vingt-et-un ans à une réelle union politique que plus de cinquante ans d'indépendance n'ont pu réussir à concrétiser.

Conflits

En effet, l'idée des Etats-Unis d'Afrique avait été le premier slogan agité par les pères des indépendances africaines, avant que ceux-ci ne se laissent rattraper par les questions de souveraineté et les égoïsmes de leaders politiques jaloux de leurs pouvoirs et de la souveraineté fraîchement acquise de leurs Etats en gestation.

Le parallèle établi entre Marcus Garvey et Mohammar Kaddafi est, lui aussi, osé : d'un côté, un visionnaire authentique croyant sincèrement à la nécessité d'une union des Etats africains, avec comme souci majeur de réduire les inégalités et les injustices issues du triste passé odysséen du continent africain : les affres de l'esclavage, avec ses avatars que sont la colonisation, la néo-colonisation, puis le leurre des pseudo-indépendances ; de l'autre, un un leader dont le parcours incline à penser que s'il souhaite sincèrement une union politique des peuples africains, il s'y est engagé davantage pour se faire une place dans l'histoire que pour aider à régler les problèmes structurels auxquels le continent est confronté.

Il convient d'ajouter à cela le fait que l'environnement international n'avait pas forcément rendu les choses faciles à la réalisation de cet idéal et les Africains y ont contribué de manière patente. La guerre de sécession au Nigeria avait été soutenue par les Français, aidés par l'ancien président ivoirien, Félix Houphoït-Boigny, tous soucieux d'éviter l'émergence d'un Nigeria trop puissant et susceptible de faire de l'ombre à leur influence dans la région ; à titre d'exemple, les espoirs suscités par les unions politiques éphémères entre la Libye et la Tunisie, ont été bien vite déçus par les contradictions internes entre ces Etats et les nombreux jeux d'alliances dans lesquels les principales puissances n'avaient que peu d'intérêts...

Les conditions d'un nouveau départ sont-elles réunies ? Tidjani Fall se défend de vouloir conclure ce débat, qu'il vous invite à poursuivre sur le site reparerlafrique.com.

Ce qui fait penser que son ouvrage est avant tout un manifeste pour essayer de redonner vie à une certaine idée de l'Afrique, à un panafricanisme essoufflé par les multiples camouflets que lui a fait subir l'histoire.

Source: BBC-Afrique 

Publié dans AFRIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article