NDiaye remporte le Goncourt, Beigbeder le Renaudot

Publié le par S.BACHIR

Les deux prix les plus prestigieux de la littérature française ont été remis aujourd'hui.

Les pronostics des critiques littéraires se sont avérés justes. Le prix Goncourt 2009 a été remis lundi, à Marie Ndiaye, 42 ans. Le vote des neuf jurés de l'Académie est sans appel : la romancière franco-sénégalaise l'emporte au premier tour avec 5 voix contre 2 à Jean-Philippe Toussaint pour «La vérité sur Marie» et une voix à Delphine de Vigan pour «Les heures souterraines».

 

Son roman «Trois femmes puissantes», paru le 20 août, est un véritable succès en librairie. L'œuvre atteint aujourd'hui un tirage total de 140.000 exemplaires après dix réimpressions. On y suit le destin de trois femmes, à cheval entre la France et le Sénégal, qui luttent pour préserver leur dignité.

 

Nouveau succès pour Gallimard


Outre la force et la qualité de son roman, Marie Ndiaye bénéficiait dans la course au Goncourt d'un léger avantage. Seules quelques femmes ont reçu le prix et il faut remonter jusqu'à 1998 pour voir une romancière remporter le prestigieux prix littéraire, en la personne de Paule Constant.

 

Née en1967 dans le Loiret, d'un père d'origine sénégalaise et d'une mère française, Marie Ndiaye a grandi en banlieue parisienne. En 1985, elle publie à 18 ans son premier roman, «Quant au riche avenir». Remarquée par Jérôme Lindon des éditions de Minuit, elle abandonne rapidement ses études pour se consacrer à l'écriture et enchaîne depuis romans et recueils de nouvelles. Une vingtaine en 23 ans. Gallimard, son nouvel éditeur, se frotte les mains : outre un nouveau succès littéraire déjà garanti, la maison remporte le Goncourt pour la 36e fois depuis la création du prix, en 1903.

 

Le Renaudot à Beigbeder


Trublion de l'édition française devenu l'un des piliers de la critique littéraire, Frédéric Beigbeder, 44 ans, obtient pour sa part une nouvelle consécration avec «Un roman français», son récit autobiographique, paru le 18 août chez Grasset. Fatigué des nuits de défonce dans les boîtes de nuit parisiennes, l'ex-jet-setter livre le récit sensible de son enfance béarnaise.

 

Quelques minutes après l'annonce des résultats, le romancier s'est dit lundi «très heureux» de se retrouver sur la même liste «que Louis-Ferdinand Céline et Georges Pérec ». Auteur comblé de « 99 francs » en 2000 (400.000 exemplaires vendus et une adaptation au cinéma en 2007), Frédéric Beigbeder a déjà obtenu le prix Interallié 2003 avec « Windows on the World ».

 

Le prix Renaudot de l'essai a été décerné a Daniel Cordier pour «Alias Caracalla» (Gallimard) et le Renaudot du livre de poche a été attribué à Hubert Haddad pour «Palestine».

Source: lefigaro.fr

Publié dans Réseaux sociaux

Commenter cet article