Lettre au président:1ère partie

Publié le par S.BACHIR

 

 

Monsieur le président, tout d’abord, je vous félicite pour votre élection et vous souhaite bonne chance dans la réalisation de vos projets pour notre cher pays. Le chemin a été long et difficile mais a été couronné par la victoire, votre victoire, la victoire du peuple de Guinée.

Vue votre parcours, fait de difficultés et de moments de bonheur et l’expérience avec lequel vous en êtes sortis, je pense que vous avez peu à apprendre de moi, un jeune homme, étudiant sans aucune expérience. Mais néanmoins, je tiens à ce que vous lisiez avec attention et intérêt le contenu de cette correspondance, ce ne reste que pour rire de mes pauvres idées.

Je tiens à préciser que je vous ai pas choisi pendant ces élections, ni votre adversaire du second tour. Mon candidat a été éliminé au premier tour, dès lors, j’ai décidé et essayé d’adopter une position neutre et d’avoir un regard et un discours critique et objectif vis-à-vis des deux candidats du second tour, dans les discutions avec mes amis qui sont militants passionnés de l’un ou l’autre des deux camps. Parce qu’au-delà de ces élections qui ont été très ethnicisées, ce qui m’intéresse, comme tout guinéen à mon avis, c’est l’avenir de tous les Guinéens et leur unité. Ce qui m’a valu beaucoup de préjugés de part et d’autre (les uns disent que je suis de « l’alliance Cellou président » et les autres disent que je suis de « arc-en-ciel ». (Heureusement !!!! Parce que si chacun me reconnaissait dans son camp, je me serais senti lâche). Je ne pourrai a cet effet partager avec personne des propos anti-communautaires.

 

J’aimerais vous rappeler trois choses :

 

1/Après un long combat, vous êtes aujourd’hui le président de la république, en conséquence, le président de tous les guinéens, de Conakry à Yomou. Le premier président démocratiquement élu de ce pays, à l’issue d’élections libres et transparentes.

« En guinée, il y’a des hommes et des femmes de talents et de bonne volonté dans toutes les communautés. Le devoir d’un vrai chef est d’identifier ces hommes et ces femmes et de leur confier la tâche de servir le pays. Un dirigeant s’efforce perpétuellement d’apaiser les tensions, surtout quand il a à faire à des problèmes sensibles et complexes comme l’ethnocentrisme. Les extrêmes prospèrent quand il y’a de la tension, et l’émotion pure tend alors à se substituer à la rationalité. Un dirigeant traite n’importe quel problème, sans se soucier qu’il soit important ou sensible, avec l’idée que le pays en sorte plus fort et plus unis que jamais. Dans chaque querelle, on arrive à un moment où aucune des parties n’a entièrement tort ou entièrement raison. Où le compromis est la seule alternative pour qui souhaite réellement la paix et la stabilité » (inspiré des textes du livre « conversations avec moi-même » Nelson MANDELA).

 

Réunissez toutes les compétences pour servir le pays, d’où qu’elles viennent, même des camps adverses. C’est d’ailleurs avec ses adversaires qu’on fait des compromis et non avec ses amis. Aujourd’hui les Guinéens ont besoin de paix et de stabilité. La réconciliation des Guinéens doit être une priorité.

 

2/ « L’histoire ne cesse de jouer des tours même aux héros de la liberté et du changement les plus célèbres et les plus aguerris. Souvent les combattants d’autres fois ont succombé à l’appât du gain, et se sont laissé prendre à la tentation de confisquer des ressources publiques pour leur enrichissement personnel. En amassant de vastes fortunes personnelles, et en trahissant les nobles objectifs qui les avaient rendus célèbres, ils abandonnaient de fait les masses populaires et se rapprochaient des anciens gouvernants, qui s’enrichissaient en spoliant sans pitié les plus pauvres parmi les plus pauvres ». (Inspiré des textes du livre « conversations avec moi-même » Nelson MANDELA).

 

Alors battez-vous de toutes vos forces, pour ne pas dérouter de votre chemin et gardez votre noble objectif, celui de servir le peuple de Guinée. N’oubliez jamais tous ces hommes et femmes qui ont payé de leur vie pour que nous aboutissions à la situation qui vous a parmi d’occuper aujourd’hui le siège présidentiel. Cette mémoire vous servira de force pour garder votre ligne, tout au long de votre mandat, des familles pleurent encore, ne l’oubliez jamais. Servir dignement la Guinée, de toutes vos forces, serrait un hommage rendu à tous ces morts, morts pour la cause de la Guinée.

 

Extrait de l’un de vos discours de campagne : «…je serais pour vous à la fois MANDELA et OBAMA… » J’espère que vous n’allez pas en faire qu’une parole de politique du politicien. Les Guinéens espèrent que vous saurez vous mesurez à ces deux grands hommes, en tout cas nous vous mettons au défi. A l’un dans sa tolérance et son esprit conciliateur, pour unir les guinéens, à l’autre dans son audace et sa détermination, pour sortir enfin ce pays de sa misère que nous avons considéré jusqu’aujourd’hui comme une fatalité.

Rassurez la partie de la population qui se sent en ce moment rejeter, qui a été agressée et persécutée à tord et continue de l’être, en lui adressant un message d’excuse, au nom de la nation guinéenne. Et traduisez l’assurance que vous lui promettrez dans vos actes des jours avenirs. Ainsi, peut être que votre nom sera gravé à côté de celui de Dr Ousmane FOFANA (paix à son âme), dans le livre d’or de l’histoire des hommes qui ont marqué positivement la Guinée et auxquels le peuple de Guinée rendra hommage jusqu’à la fin des temps.

Au service de la Nation

 

 

Bangaly CAMARA

E-mail :benghaly@hotmail.fr

 

Publié dans GUINEE

Commenter cet article