Les gènes des parasites tueurs enfin décodés

Publié le par BBC

Schistosoma mansoniLes scientifiques ont décodé le code génétique de deux vers plats parasitaires responsables de milliers de morts dans le monde chaque année.

Schistosoma mansoni et Schistosoma japonicum sont tous deux responsables de la maladie débilitante schistosomiase, encore appelée bilharzioses.

Le travail des scientifiques a déjà permis de découvrir des pistes de traitements pour cette maladie qui provoque de la fièvre et de la fatigue.

Cette étude internationale vient d’être été publiée dans la revue scientifique américaine “Nature”.

La schistosomiase frappe 200 millions de personnes chaque année, dont 20 millions sont sérieusement affectées avec comme conséquence des anémies, des diarrhées chroniques, des hémorragies internes et l’attaque d’organes par des larves et leurs oeufs.

Rien qu’en Afrique subsaharienne, la schistosomiase tue 280 000 personnes chaque année.

Le docteur Anthony Fauci, directeur de l’institut national américain sur les allergies et les maladies infectieuses, précise que “les infections chroniques provoquées par les parasites schistosoma rendent la vie très difficile à des millions de personnes dans les pays tropicaux, et peuvent provoquer la mort.”

Schistosomiase
  • Infecte les gens qui sont au contact d’eau dans laquelle est présente des larves qui contiennent les parasites
  • Les larves utilisent leur queue fourchée pour pénétrer la peau
  • Elles voyagent jusqu’aux vaisseaux sanguins et aux veines qui drainent la vessie et les intestins où elles parviennent à maturité.
  • Elles s’accouplent et produisent des milliers d’oeufs chaque jour
  • Ces oeufs sont relâchés dans l’eau à travers l’urine et les excréments. Ils vont de nouveau produire des larves qui infecteront de nouvelles personnes.

 

“On a désespérément besoin de nouveaux médicaments pour réduire l’impact de cette maladie qui diminue considérablement la qualité de vie et entrave le développement économique.”

Depuis les années 1980, un médicament bon marché, le praziquantel, a été largement distribué dans les régions où la maladie est fréquente.
.

Cependant, bien que ce médicament soit efficace, il n’empêche pas l’infection. Et il y a également le risque que les parasites deviennent résistants.

Le développement de nouveaux médicaments est donc essentiel.


Les enzymes pris pour cible


Les chercheurs qui ont travaillé sur le code génétique de Schistosoma mansoni, le plus répandu des parasites responsables de la schistosomiase, ont découvert qu’il était constitué de 11 809 gènes, près de dix fois la taille du code génétique du parasite responsable de la malaria.

Ils ont trouvé en particulier un nombre important de gènes produisant des enzymes qui décomposent les protéines, permettant au parasite de pénétrer les tissus humains.

Des analyses plus poussées ont révélé que 120 enzymes pouvaient être prises pour cible par des médicaments pour perturber le métabolisme du parasite.

Les chercheurs ont également identifié 66 médicaments déjà sur le marché qui pourraient être efficaces contre la schistosomiase.

Ces études ont démontré par ailleurs que le Schistosoma mansoni ne possédait pas d’enzyme fabriquant de la graisse, et devait donc trouver cette graisse chez son hôte. Il s’agit d’un talon d’Achille qui pourrait être exploité par de nouveaux médicaments.

Le docteur Matthew Berriman, de l’Institut Wellcome Trust Sanger, explique que cette découverte de la séquence du génome propulse la recherche contre la schistosomiase dans une nouvelle ère.

“Ces recherches fournissent une base pour comprendre la biologie complexe du parasite et pour cibler immédiatement des zones pour de nouveaux traitements médicaux.”

Le docteur Najib El-Sayed, de l’Université du Maryland, précise: “Cette séquence du génome nous a donné pour la première fois la possibilité de comprendre comment le parasite survit à l’intérieur de l’homme, son hôte.”


“C’est un catalogue d’opportunités.”

Dans une autre étude, des chercheurs ont découvert que Schistosoma japonicum, principalement présent en Asie, possède encore plus de gènes.


Source BBC/Afrique

 http://www.wikio.fr
       

Publié dans BIOLOGIE SANTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article