Interview: Guinéeactu donne la parôle au président du FUDEC, M. François FALL

Publié le par S.BACHIR

Écrit par Guineeactu

Guineeactu.com: Quelle est votre lecture de la crise traversée par la Guinée surtout depuis le 3 décembre 2009 ?

Avant de faire des commentaires sur l’après 3 décembre 2009, je pense qu’il est nécessaire de reparler des événements graves survenus le 28 septembre 2009 dont l’une des conséquences a été l’attentat contre le capitaine Dadis.

Suite à ces événements douloureux du stade, la communauté internationale vient de donner sa première réponse à travers le rapport de la commission Bedjaoui (Commission Internationale d’Enquête sur les événements du 28 septembre) initiée par le secrétaire général des Nations unies. Ce rapport vient a point nommé car il a situé les faits et les responsabilités. Il s’agit bien de crimes contre l’humanité qui ont été perpétrés au stade du 28 septembre par certains éléments des forces de défense et de sécurité de notre pays. Les faits sont qualifiés et les auteurs et commanditaires identifiés.

Nous le savions tous car il y a bien eu des tueries contre d’innocentes personnes non armées qui manifestaient, des viols collectifs et des atteintes graves contre la dignité humaine ont été également commis ce jour-là et les jours qui ont suivi. Je pense que tous les Guinéens doivent se réjouir aujourd’hui de cette nouvelle tournure, pour une fois dans l’histoire de notre pays, la lutte contre l’impunité. Il appartient maintenant au conseil de sécurité de l’ONU ou au Procureur de la Cour Pénale internationale ou de tout Etat membre de l’ONU d’engager les mesures appropriées contre les auteurs et commanditaires de ces crimes.

Pour répondre directement à votre question, je dirai qu’il y a une vacance à la tête du pouvoir militaire qu’il faut combler rapidement pour éviter que des extrémistes ne s’emparent du pouvoir et soumettre le pays à une autre dictature militaire. C’est une bonne fenêtre d’opportunité qui est offerte au pays de s’engager enfin et de façon irréversible vers une véritable transition devant déboucher sur une alternance démocratique, source féconde de paix, de sécurité, de progrès et de bien-être pour tous. Ces promesses de la démocratie sont réalisables en Guinée pour mettre fin à l’exception et au paradoxe guinéen.

Guineeactu.com: Quelle est votre réaction à l’appel d’un  leader, selon la RTG, à un soulèvement des militaires ?

Personnellement, j’ai toujours milité contre la violence sous toutes ses formes. Je suis contre la prise du pouvoir par les armes et je ne crois pas qu’il soit de l’intérêt de la Guinée de s’engager dans cette voie. Ce que mon parti recherche, ce sont des patriotes, de vrais patriotes aussi bien au sein de la population civile que dans l’armée et qui s’engageront fermement pour le retour à l’ordre constitutionnel en Guinée. Toute initiative à prendre doit aller dans cette seule direction salvatrice.

Guineeactu.com: Quelle est votre position et votre appréciation des propositions du médiateur à Ouaga ?

Le médiateur dispose à mon avis aujourd’hui d’une grande opportunité à la lumière de ce qui s’est passé le 3 décembre 2009 et surtout du rapport de la commission internationale d’enquête pour prendre de nouvelles initiatives. Il dispose à présent de nouveaux moyens susceptibles d’accélérer et de conclure sa médiation. Ces nouveaux éléments sont très fortement soutenus par toute la communauté internationale qui est prête à l’accompagner et à le soutenir pour permettre à la Guinée d’éviter des troubles prévisibles et d’ouvrir le pays à une véritable démocratie.

Guineeactu.com: Votre silence après l’attentat contre le Président Dadis, est-ce la traduction de qui ne dit mot consent ?

Contrairement à ce que vous dites, nous ne sommes pas restés silencieux sur les événements du 3 décembre. Les Forces Vives ont condamné l’attentat comme une forme de violence dans un communiqué publié dès le lendemain et qui exprimait notre avis à tous. Je répète que je suis contre la violence sous toutes ses formes. Toutefois, je tiens à dire que dès le 16 octobre 2009, dans une interview accordée au site guineinfo, j’avais mis Dadis en garde contre les pratiques brutales de ses troupes et j’avais affirmé que sa vie était en danger et que si des mesures n’étaient pas prises à temps, ces mêmes soldats étaient capables un jour de retourner leurs armes contre lui, car comme l’avait souligné fort justement le Président Kennedy, citation : " ceux qui ont cherché à atteindre la puissance en chevauchant sur le dos du tigre ont fini par être dévorés par lui." C’est malheureusement ce qui est arrivé le 3 décembre 2009. Aboubacar Tumba est une créature de Dadis. Sa présence à la tête des éléments qui ont massacré et violé les femmes au stade ne pouvait se justifier que par l’accord de son patron direct. Mes propos disant qu’en nous exfiltrant du stade après les coups et blessures que nous avions reçus ce jour-là, Tumba nous avait sauvé la vie à Sidya, Mouctar et moi-même et dans une certaine mesure, Jean Marie Dore, ces propos ont été déformés à dessein par certaines personnes. Cellou Dalein qui est resté entre les mains de ces fauves a eu le sort que vous connaissez. Tumba avait certainement pour rôle, entre autres, de mettre aux arrêts les principaux leaders présents au stade, ce qu'il a fait en dépit de l’acharnement des autres militaires sur nous, mais cela ne peut en aucune manière le disculper de sa responsabilité dans les atrocités commises au stade et d’ailleurs, nous ne savons pas ce qu’il a pu commettre au stade avant de mettre la main sur nous et ce qu’il a pu faire également une fois qu'il nous eut déposés à l’Etat Major de la gendarmerie. Ce qui est sûr, c’est que Toumba était une pièce maitresse de la répression et du massacre du 28 septembre 2009.

Guineeactu.com: Quel rôle voyez-vous pour les femmes ?

De grands hommes ont dit avec justesse que la femme est la permanence de l’humanité. Mieux, ce siècle sera celui des femmes. Nous, au FUDEC, nous l’avons bien compris, c’est pourquoi nous avons donné une place de choix aux femmes au sein de notre parti. Les jeunes et les femmes sont l’épine dorsale du FUDEC. Si vous éduquez et libérez les femmes, c’est le meilleur investissement pour un pays avec un coefficient de rendement très élevé. Prenez simplement l’exemple des pays scandinaves et vous verrez le rôle que les femmes peuvent jouer efficacement dans la conduite des affaires d’un Etat. Je crois aux femmes et j’encourage l’éducation des jeunes filles et une place plus importante aux femmes dans tous les cercles de gestion et de direction du pays.

Guineeactu.com: Quelle est votre position dans le paysage politique actuel ?

En ces temps d’incertitude, le paysage politique du pays semble flou. Je souhaite néanmoins que les forces de progrès et de changement réalisent que seule l’union de nos forces, de nos énergies et de nos aptitudes peut aider à faire prendre des mesures susceptibles d’aider un pays éprouvé comme la Guinée à sortir de cet état et à retrouver rapidement le chemin de la relance de son économie pour le plus grand bien des populations. La division des forces politiques ne pourra que nous affaiblir, il y a de la place pour tous les Guinéens aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur pour s’attaquer à la gigantesque œuvre de redressement de la Guinée. Mon parti, le FUDEC est très fortement engagé en faveur de l’union des partis politiques qui partagent les mêmes valeurs que nous pour la rédemption du pays. Les leaders d’aujourd’hui ont une responsabilité historique pour hisser la Guinée au rang de nation libre, unie, démocratique et prospère. Majoritairement, c’est ce que la plupart de nos compatriotes attendent de nous et c’est une chance pour la Guinée. Nous devons la saisir.

http://www.wikio.fr

Publié dans GUINEE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article