Guinée: Nouveau Gouvernement les nommés sont.

Publié le par S.BACHIR

SK et JMDHier, sur les ondes de la radio nationale, les guinéens ont écouté avec la grande attention la lecture comme à l'accoutumer, du décret nommant les nouveaux membres du gouvernement de Jean Marie Doré. Un gouvernement de 34 membres comme au mauvais vieu temps du général président Lansana conté, pléthorique et par conséquent inefficace. Dans ce nouveau gouvernement de 34 membres donc, il y a des ministère sans bureau et d'autre crées de toute pièce pour satisfaire les critères ethnique et régionaliste au non de la cohésion nationale. Mon oeil!!!

Jean Marie Doré, dans son discours d'avant la publication de ce décret qui malgré cette longue attente me laisse sur ma faim, déclarait ceci,
"Le gouvernement que je forme aujourd’hui et dont la liste des membres va vous être communiquée, est caractérisé par l’impérieuse nécessité d’avoir à la tâche des hommes et des femmes considérés au seul point de vue de leur qualification. Sans doute, nous avons tenu compte de toutes les nécessités d’équilibre à tous les niveaux pour que chaque guinéen, chaque région de la Guinée, chaque préfecture se reconnaisse dans l’équipe qui va conduire pendant six mois la gestion de notre pays."

Plus loin, Monsieur le premier ministre ajoute: 

"Ce gouvernement va s’atteler activement, résolument à régler tous les problèmes qu’il faut maîtriser pour que notre pays connaisse enfin des élections nationales libres, ouvertes, transparentes et crédibles. C’est la condition absolue de l’engagement de nos partenaires de la communauté internationale à œuvrer auprès de notre pays pour que nous puissions mettre en œuvre les moyens et les outillages nécessaires pour développer la Guinée."

A voir la composition et la structure de ce nouveau gouvernement, je n'y attend pas grand grand chose, dans le sens où certain de nos ministres nouveaux ou confirmé, n'y vont guère par conviction pour la guinée, mais par intérêt personnel.

Je me demande comment Mouctar Diallo, le plus jeune des leaders politiques guinéens qui a suscité à un moment donnée beaucoup d'admiration, puisse accepter un poste ministériel, celui de l'élevage, qui n'est en aucun cas à la hauteur de sa posture. Pour servir la guinée, me diriez vous, mais à y voir claire, c'est loin de là. Il fait comme la plus part des hommes politiques, profiter de la vague pour surfer, profiter du système sauf qu'il n'est pas tomber dans un ministère où il fait bon vivre.  Il est tombé dans le piège que lui tendait JMD  et de ce faite, accepte de se faire museler puisque lui aussi attirer par l'appât du gain. Pauvre Mouctar, pauvre jeunesse de guinée. 
Autre faut pas de JMD, le maintien de Isto keira à l'art et à la culture, lui qui fait parti des faiseur de rois en guinée, autant sous le régime de  conté que celui tout récent de Dadis. Ce ministère des arts et de la culture, je ne vois pas pourquoi il est dissocié à celui de l'information si ce n'est que par le simple fait de mettre le maximum de personnes aux nombreux postes ministériels. Le ministre de la justice Colonel Siba Loualamou, qui a cautionné, le vrai faux rapport de la commission nationale d'enquête, qui absout Dadis et qui ne rend coupable que Toumba (normal les absents ont toujours tord) n'a pas sa place dans ce gouvernement car on le sait aucun militaire ne sera inquiéter par qui que ce soit et ce même s'il commet les pires crimes. Mamadou Sandé quant à  lui a été parachuté au l’énergie et de l’hydraulique, pour je ne sais faire quoi puisque incompétent et son passé de ministre de l'économie et des finances  ne lui gratifie pas de ticket de reconduite dans ce nouveau gouvernement. L'autre rescapé du gouvernement Komara, Mathurin Bangoura, accusé de détournement de fonds  au ministère des télécommunications, JMD, l'a reconduit en tant que ministre des transports. Je me demande pour quoi, si ce n'est qu'un simple casting de ministres médiocres pour le plaisir bénéficiaires

JMD a aussi créer, un nouveau département, celui de l'Alphabétisation et promotion des langues nationales, comment peut on en 6 mois mettre en place ce ministère qui sans doute sera rayé du gouvernement après les élections. On dirait bien que Monsieur Doré a perdu le nord.  Trois (3) ministères pour s'occuper de l'enseignement, deux ministères pour l'agriculture et l'élevage, trois (3) ministères qui auront en charge des dossiers extérieurs de la Guinée, affaires étrangères, coopération, intégration africaine, francophonie, guinéens de l'extérieur,  tout ceci pour que les uns et les autres puissent figurer dans le nouveau gouvernement puisque c'est bien de la figuration dont il s'agit. 

Je m'attendais depuis la nomination de JMD, à un gouvernement efficace, cohérent et exigeant pour que se mette en place un vrai processus de transition aboutissant à terme à l'organisation des élections libres et transparente. Mais au lieu de  dire aux guinéen la vérité sur notre avenir, que cet avenir doit se fonder et se bâtir au delà de nos appartenances ethnique et dans l"intérêt supérieur de notre pays, JMD a préféré les slogans, unité nationale, gouvernement de large consensus au détriment de  l'efficacité et des exigences du moment. Les politique font toujours la langue du bois, histoire de faire  bonne figuration et au diable l'efficacité.  

Faire travailler un gouvernement de 34 membre, avec des profils différents, venant de plusieurs partis politiques et autres composantes des la société guinéenne n'est pas mince affaire, d'autant plus que leur période d'activité est réduite à 6 mois. C'est là toute la tâche de JMD pour les  6 prochains mois.
Ainsi dans cet premier acte de JMD, je dirais non pas que la la montagne a accouché d'une souris, mais c'est plutôt une grossesse nerveuse. 

Voici en intégralité le décret tel qu'il est lu sur les ondes de la RTG.


Décret D/N°005/PRG/CNDD/SGG/2010 portant nomination des membres du Gouvernement d'union nationale de transition.
Le Président de la Transition, Président de la République par intérim (…),
Vu le décret D/N°003/PRG/CNDD/SGG/SGPRG/2010 du 3 février 2010 portant restructuration du gouvernement et sur proposition du Premier ministre Chef du gouvernement d'union nationale de transition, 
le Président de la République décrète :

Article 1er : Les cadres dont les noms et prénoms suivent sont nommés membres du gouvernement d'union nationale de transition :

1 - Ministre d’Etat chargé de la Sécurité et de la Protection Civile : Général de division Mamadou Toto Camara, confirmé

2 - Ministre d’Etat chargé des Affaires étrangères, de l'Intégration africaine et de la Francophonie : M. Bakary Fofana, Président par intérim du Conseil national des organisations de la société civile

3 - Ministre d'Etat chargée de la Fonction publique, de la Réforme administrative, du Travail et de l’Emploi : Mme Penda Diallo, syndicaliste

4 - Ministre de l’Administration du Territoire et des Affaires politiques : Nawa Damey, administrateur civil

5 - Ministre de la Justice/Garde des Sceaux : Colonel Siba Loholamou, confirmé

6 - Ministre de la Décentralisation et du Développement local : M. Aly Gilbert Iffono, professeur d'Histoire

7 - Ministre de l’Energie et de l’hydraulique
: Commandant Mamadou Sandé, précédemment Ministre de l'Economie et des Finances

8 - Ministre de l’Economie et des Finances : M. Kerfala Yansané, ancien gouverneur de la Banque centrale

9 - Ministre des Mines et de la Géologie : M. Mamoudou Thiam, confirmé

10- Ministre de l'Agriculture : Lieutenant-Colonel Kèlèti Faro, précédemment Ministre Secrétaire général de la Présidence de la République

11- Ministre de la Pêche et de l’Aquaculture : Colonel Mamadou Korka Diallo, précédemment Ministre du Commerce, de l’Industrie et de PME

12- Ministre des Télécommunications et des Nouvelles Technologies de l’Information : M. Talibé Diallo, ancien Secrétaire général du Ministère de l'Agriculture

13- Ministre de la Construction, de l’Urbanisme et de l’Habitat : El Hadj Mansour Kaba, architecte

14- Ministre du Plan et de la Coopération internationale Mme Zénab Saïfon Diallo, confirmée

15- Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique : M. Georges Ghandi Tounkara, professeur

16- Ministre de l’Enseignement Pré-Universitaire et de l’Education civique : M. Amadou Lélouma Diallo, administrateur civil

17- Ministre de l’Enseignement Technique et de la Formation professionnelle : Dr Mamadou Saliou Bella Diallo

18- Ministre de l’environnement, des Eaux et Forêts et du Développement durable : M. Georges Niakoye Délamou

19- Ministre des Travaux publics : Yamodou Touré, syndicaliste

20- Ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion du Secteur privé : M. Mamadou Niaré, administrateur civil

21- Ministre de la Santé et de l’Hygiène publique : Dr Ibrahima Sow, professeur

22- Ministre du Contrôle économique et des Audits : M. Kerfalla Camara, administrateur civil au Ministère de l'Economie et des Finances

23- Ministre de la Solidarité nationale, de la Promotion féminine et de l’Enfance : Mme Nanfadima Magassouba, présidente du réseau Droit et citoyenneté de la femme

24- Ministre de la Micro-Finance, du Secteur informel, de l'Emploi des Jeunes et des femmes : Dr Mariama Béavogui, médecin

25- Ministre de la Communication : M. Aboubacar Sylla, administrateur civil

26- Ministre du Tourisme, de l’hôtellerie et de l’Artisanat : Mme Sy Mariame Diallo, opératrice économique

27- Ministre de l'Alphabétisation et de la Promotion des Langues nationales : El Hadj Bamba Camara, syndicaliste

28- Ministre de la Jeunesse et des Sports : M. Thierno Aliou Diaouné, société civile

29- Ministre des Arts et de la Culture : M. Fodéba Isto Kéira

30- Ministre de l’Elevage : M. Mouctar Diallo, leader politique

31- Ministre des Transports : Colonel Mathurin Bangoura

32- Ministre des Guinéens de l’étranger : M. Lucien Bendou Guilao, en service à Total-Guinée

33- Secrétaire Général des Affaire religieuses : El Hadj Moustapha Koutoubou Sanoh, confirmé

34- Secrétaire Général du Gouvernement : M. Sékou Kissi Camara, confirmé


Article 2 : Le présent décret qui abroge toutes dispositions antérieures contraires, modifie notamment le décret N° 003 du 3 février 2010 portant structure du gouvernement et prend effet à compter de sa date de signature, sera enregistré et publié au journal Officiel de la République.


Conakry, le 15 février 2010

Général de brigade Sékouba Konaté

Le Président de la Transition, Président de la République par intérim, Ministre de la Défense nationale.

S. Bachir 

Publié dans GUINEE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article