Le changement, now!

Publié le par 1GUINEENOUVELLE

La situation actuelle de notre pays amène encore à plus de désespoir qu'à autre chose. Dadis et son CNDD, ne maitrisent plus la situation. Des nominations suivi de leur annulation le lendemain, des annonces faite à la va-vite sans réflexion ni concertation, des expressions déplacées des menaces au patronat, telles sont les quelques bourdes du patron de la junte militaire en Guinée et qui sont loin de rassurer le guinéen. Bien que la communauté internationale à travers le GIC-Guinée (Groupe internationale de contact Guinée) travaille pour une sortie de crise politique il n'en demeure pas moins que la solution à ce problème est guinée-guinéenne. Il ne faut  pas être dupe, car cette communauté internationale a laissé la situation pourrir  et n'a rien fait jusqu'à la mort de Conté. On ne pouvait s'attendre mieux, qu'un autre militaire démago prenne le pouvoir. A mon avis, on ne peut compter pour résoudre cette situation devenu intenable depuis bien longtemps qu'au seul peuple de Guinée et aux partis politiques. Il faut que ces derniers jouent leur vrai rôle d'opposant. Ne pas simplement créer des partis et faire des mamaya en guise de meeting politique où rien de concret ne sort. Aucune proposition politique, aucune critique à l'égard de ce régime sanguinaire et corrompus. Quand on s'engage en politique à mon sens c'est qu'on s'engage à un combat d'idées, de convictions, de sensibilités, c'est qu'on propose une autre alternative de paix, de justice, de développement et par conséquent il faut le clamer haut et fort et ne pas se cantonner dans une position d'opposant transparent avec toujours la boule au ventre à la moindre sortie. Un opposant à un régime tel que celui en Guinée doit se préparer à tout même au pire, car ce qu'il défend il doit y croire et le faire croire aux autres sans cela on ne peut y arrivé.

 

L'autre point ce sont les citoyens, le bas peuple, celui qui souffre de  ces 50 années de dictature, de division de violence et d'injustice, il faut qu'il se révolte et cette fois pas à mi-mot mais aller jusqu'au bout contre ce régime, car c'est le bon moment avec la pression que Dadis a actuellement et de la part de son camp et de celle de la communauté internationale. Dans ce rôle les médias ont un grand rôle celui d'informer objectivement, ce qui se passe ailleurs en dehors de la Guinée. Or que je constate que rare sont les sites guinéens parmi les plus visités qui possèdent une rubrique internationale. C'est regrettable.

 

En somme nous avons notre destin en main et avant de compter sur les autres nous devons d'abord compter sur nous même, lorsqu'on se sentira capable de relever le défi qui nous interpelle, peut être que les autres nous viendront en aide, mais avant cela il vont d'abord profiter du KO qui règne  pour mettre à genou le pays avec la complicité de ces dirigeant actuels.

 

Chers jeunes de Guinée le temps nous est compté. Nous avons été les plus victimes de la discrimination et ce sur tous les plans de la part de tous les régimes. Le premier d'AST qui s'est servi de nous et le second de Conté qui nous a pris pour des moins que rien. De promesses en promesses rien que pour récolter nos voix. Le régime actuel, aussi  tente de faire pareille, en tout cas il y 'a un gagnant de cette manipulation de la jeunesse, c'est l'actuel ministre des la jeunesse et des sports. En organisant une manifestation regroupant des jeunes il a gagné un portefeuille ministériel, pathétique, navrant de voir encore de telles pratiques. Lui qui s'occupe de la jeunesse ne sait rien d'elle et n'a aucune politique pou elle. Il a été tout simplement parachuté à se ministère en guise de remerciement et de servir de pions entre la jeunesse et Dadis. Ne nous laissons pas entrainer dans ce jeu à la con que seul sortira gagnant Dadis, en pensant être aimé alors qu'il n'est rien du tout. La preuve, son annonce pour se présenter à la présidence lui a couter sa crédibilité et par la même occasion sa popularité.

 

Nous devons saisir l'occasion en cette fin d'année pour nous exprimer, massivement dans les urnes et élire celui ou celle qui portera un projet  politique d'avenir dans lequel nous avons une grande place, dans lequel nous avons notre mot à dire. Nous ne devons pas simplement servir de sac à voix électorales où il faut venir se servir quant on veut et comme veut, non nous devons être des sources de propositions, d'idées nouvelles, sur l'emploi, l'éducation, la culture, le sport, bref nous faire entendre sur ce qui nous tiens à cœur.

 

Alors c'est le moment de s'engager de quelque forme que ce soit mais ne restons pas à l'écart car notre avenir se jouera en fin de cette année.


Alors au combat chers jeunes car c'est bien de ça dont il s'agit.


Publié dans GUINEE

Commenter cet article

Bachir 14/06/2009 14:49

c'est l'auteur du blog. En la personne de s. Bachir

GINI 12/06/2009 22:27

excellent, mais je ne vois pas de signature ?