AUTOPSIE D'UN VRAI FAU POUVOIR, ACTE2 un premier ministre de façade

Publié le par B.S-BIEN-SUR

Kabiné Komara, prémistre de Guinée

 

Alors lui, il est vraiment ridicule dans ce gouvernement. Sensé mettre en musique le programme du gouvernement de transition comme on l’appelle, Komara est le ministre le plus transparent. C’est à  peine si on l’entend ou on le voit à  la petite téloche guinéenne via la pittoresque RTG qui diffuse en longueur de journée le ballet des militaires et de la musique en leur honneur. Moi je me demande depuis toujours comment un mec si  brillant qui travaillait s’il vous plais à  la BAD dans un poste à responsabilité, peut se permettre de rester dans une situation qui l’empêche à bien mener ces actions, car j’en suis persuadés qu’il  est bourré d’idées et d’envie. Seulement l’omni-président Dadis et son ministre de la défense sont tellement présent que Komara ne sert  qu’à des actions protocolaires lors des missions officielles en Guinée ou quand il s’agit d’aller présenter des condoléances à l’extérieur. C’est le cas notamment au Gabon suite  à la mort de la femme d’Oumar Bongo ou  de  la femme du fils du président sénégalais, Karim Wade. Si dans le premier cas je peux le comprendre, puisque c’est la femme d’un homme d’Etat, et encore que, car lors de la mort de Conté, ni Bongo, ni son premier ministre n’avaient jugé utile de faire le déplacement pour les obsèques de feu général Conté. Ce que je ne comprends pas c’est pourquoi un premier ministre d’une République peut se déplacer et ce, avec une forte délégation nous dit-on, pour aller présenté des condoléances suite à la mort de la belle fille d’un président. C’est tout simplement absurde à mon sens. Car au Sénégal, on a une ambassade, un représentant de l’Etat guinéen et pour de telles circonstances rien ne vaut une délégation avec à sa tête un premier ministre, au pire  des cas un ministre et lui seul sans délégation pléthorique comme c’est le cas dans les missions diplomatique en Guinée. Ou alors, Komara s’ennuyait à mort dans son bureau, ne sachant quoi faire, décide de trouver cela comme prétexte histoire de voyager un peu et de se changer les idées quoi. Depuis qu’il  est premier ministre il n’a posé aucun acte concret allant dans le sens de l’amélioration du cadre de vie des guinéens. Certes, certains diront qu’il est discret mais bon, le peuple veut du concret : de l’eau, de l’électricité, emploi et pouvoir d’achat… Pou mesurer l’inutilité de Komara, il n’y a qu’à voir la délégation qui était parti à Bruxelles négocier avec l’UE des programmes d’aide de financement  à l’économie guinéenne. Et ben notre premier ministre n’était pas de la partie, c’est plutôt le numéro 3 du CNDD, le général TOTO camara (j’espère qu’il n’a de commun avec le vrai  TOTO, le cancre, que le nom) qui a conduit la délégation. Or que ce dossier engage la Guinée et doit aboutir à des décaissements de fond qui ont certainement des clauses, des contreparties et comporte des points à regarder de prés. Lui qui était dans les circuits financiers, d’aide et de subvention à la Banque africaine de développement était le mieux placé pour mener une telle mission dans ce haut lieu où se négocie en partie l’aide économique vitale à la Guinée. Mais Komara avait peut être autre chose à faire, une réunion de quartier peut être pour présenter des condoléances comme à l’époque d’un autre premier ministre, Lamine Sidimé. Un premier absent dans tous les dossiers. Il n’est là que pour simplement servir de prétexte à la communauté internationale pour que Dadis puisse assoir sa vrai fausse légitimité. Moi je me pose la question qu’est-ce que fou Komara dans son bureau en longueur de journée. Pourquoi il ne se barre pas puisqu’il ne détient aucun porte feuille. Il se laisse manipuler par une junte qui ne sait absolument rien de la politique et il est de ce fait cautionnaire de tous les abus commis par les militaires.  L’autre question c’est qu’est-ce qui se serait passé s’il avait été nommé à la place de Kouyaté qui lui aussi n’a rien foutu à part  narguer le guinéen. Il travaillait sans conviction et cédait à la moindre opposition. La Guinée jusqu’à présent n’a pas trouvé son bâtisseur, cet homme là qui se dresserait en face et contre tout, motivé et résolu à sortir ce pays de ce trou dans lequel il se trouve.

Les élections en cette fin d’année, doivent  être l’occasion d’inverser la tendance en votant pour ceux et celles qui portent des projets politiques et qui ont la ferme conviction de sortir le pays de la misère.

En tout cas nous jeunes nous avons notre avenir en main, nous ne devons laisser de simples considérations ethniques et partisanes guindées nos pas. Tout ce qui doit compter c’est le projet politique pour la Guinée, ainsi celui ou celle qui le porte, dans lequel nous retrouvons notre place, bref un projet renant compte de notre vie acutelle et préparant notre avenir.

 

Tout compte fait on ne peut compter sur Dadis et son gouvernement qui ont autre chose à faire que de s'occuper de la jeunesse, de l'emploi, du pouvoir d'achat.

 

Il est temps que nous jeunes prenions notre destin en main, pour s'en sortir.

Publié dans GUINEE

Commenter cet article