OIF:Les situations politiques à Madagascar, en Guinée et en Mauritanie

Publié le par B.S-BIEN-SUR

Les situations politiques à Madagascar, en Guinée et en Mauritanie examinées lors de la 72e session du Conseil permanent de la Francophonie

Communiqué du Secrétaire général   25 avril 2009  
Présidée par Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie, la 72e session du Conseil permanent de la Francophonie (CPF) a réuni, ce 24 avril 2009 à Paris, les représentants personnels des chefs d’Etat et de gouvernement de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Abdou Diouf a ouvert les travaux en rappelant que la Francophonie doit se préoccuper très sérieusement des événements dramatiques qui ébranlent la stabilité de certains de ses Etats membres. « La démarche spécifique de l’Organisation internationale de la Francophonie est non seulement de condamner mais aussi d’accompagner ces Etats sur le chemin du retour à un ordre constitutionnel démocratique », a t-il déclaré. Après un tour d’horizon des récentes activités politiques et diplomatiques de l’OIF au Tchad, en République centrafricaine, aux Comores, en Guinée-Bissau et au Togo, il a abordé l’évolution de la situation dans les trois pays membres sous examen et pour lesquels des sanctions ont été prises précédemment, lors de sessions extraordinaires du CPF.
  • S’agissant de la situation en Mauritanie, suspendue de l’Organisation dès le 26 août 2008, Abdou Diouf a rappelé que la dernière réunion du Groupe international de Contact sur la Mauritanie, dont la Francophonie est un membre actif, a défini clairement les paramètres pertinents pour un retour rapide à l’ordre constitutionnel. Face à la décision unilatérale des autorités mauritaniennes de maintenir la tenue des élections présidentielles le 6 juin prochain et tout en déplorant l’absence de dialogue et de recherche d’un consensus, le CPF s’est prononcé pour le maintien de la suspension de la Mauritanie de la Francophonie.

  • Concernant la Guinée, suspendue de la Francophonie depuis le 16 janvier 2009, les membres du Conseil permanent ont pris note des avancées du processus de transition en cours, notamment la reprise du dialogue entre le Conseil National pour la Démocratie et le Développement (CNDD) et les Forces vives, la levée de la suspension des activités politique set syndicales, la relance de la Commission électorale et l’élaboration d’un calendrier consensuel conduisant à la tenue d’élections législatives et présidentielles avant la fin de l’année 2009. Les membres du CPF se sont félicités de la cohésion de l’action de la Communauté internationale dans le cadre du Groupe international de Contact sur la Guinée et ont décidé de maintenir la suspension de ce pays en attendant que soient complétés et formalisés l’ensemble des engagements pris pour une transition rapide et acceptable.

  • Sur la situation à Madagascar, le CPF a souhaité, en liaison étroite avec ses partenaires, un retour à la stabilité et au dialogue mais a aussi rappelé ses exigences pour un retour à un ordre constitutionnel et à une vie politique plus apaisée, plus consensuelle et plus responsable. A cet égard, la Francophonie se félicite de la création d’un Groupe international de Contact, dont elle est membre, et qui se réunira pour la première fois le 30 avril 2009 à Addis-Abeba. Les représentants des chefs d’Etat et de gouvernement ont maintenu les mesures de suspension prises le 2 avril 2009, compte-tenu des incertitudes persistantes qui caractérisent la situation dans ce pays.


Enfin, en perspective du 10e anniversaire, en décembre 2010, de l’adoption de la Déclaration de Bamako sur les pratiques de la démocratie, les droits et les libertés dans l’espace francophone, plusieurs délégations ont adhéré à la suggestion d’Abdou Diouf de développer une réflexion approfondie sur la prévention des conflits et l’alerte précoce.

Lire le communiqué dans son intégralité

Publié dans AFRIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article