Les exilés de l’ère de Dadis

Publié le par B.S-BIEN-SUR

L'on se souvient que sous le premier régime guinéen dirigé par AST, les opérateurs économistes guinéens et les intellectuels ont quittés le pays en quête de sécurité et ou d'émancipation intellectuelle. Après le 03/Avril/1984, beaucoup ont regagné le bercail et ont investi tant bien que mal en tant qu'opérateurs économique et d'autres ont mis leur savoir au service de l'Etat. Depuis le 23/Décembre /2009, et l'avènement du CNDD, on assiste à des opérations coup de point menées par l'armée à l'endroit de citoyens et surtout des opérateurs économiques, raquettes, intimidation et autres formes de violence gratuite sont désormais le quotidien de bon nombre de guinéen. Récemment avec l'opération visant à récupérer les biens mal acquis de l'Etat par certains citoyens, les bulldozer se sont activés de partout sans aucune procédure d'expropriation émanent de la justice. Ainsi en plus de tout casser sans contre parti alors que ces biens mal acquis ont fait l'objet d'achat avec la complicité de l'Etat guinéen et ou du cercle familial de Conté, les militaires extorquent de l'argent aux ex-occupants de ces lieux. Ce qui serait normal, c'est de faire passer la justice, mettre à la même table tous les acteurs de ce marchandage des domaines publiques, non pas au profil du trésors public, mais celui de fonctionnaires véreux qui n'ont aucune morale. Résultat de la course, c'est l'exil forcé une fois encore de bons nombre de riches guinéens bien que dans la majeur partie des cas c'est mêmes riches se sont fait du fric sur le dos et de l'Etat et de celui de ces citoyens. Poursuivre sur cette voie créera une spirale d'injustice et ni l'Etat ni les citoyens ne sortiront gagnant. Ce qui sûr ce que tous les commerçant qui partiront de chez nous irons soit au Sénégal ou dans un autre pays voisin investir et creer de l'emploi et de la richesse à l'image de Mamadou Sagallé (exilé au Maroc) et récemment semblerait-il Diallo sadakaadji  (qui lorgnerai vers le sénégal), celui là même qui, en 2008 venait en aide à l'Etat pour calmer la colère de militaires membres actuel du CNDD. Entre impunité, injustice, intimidation et affairisme au sommet de l'Etat, la restauration de la confiance nécessaire à l'afflux de capitaux pour notre pays sera difficile et si S(d)uper Dadis ne s'y penche pas sur cette question de restitution des domaines de l'Etat en passant par le justice, le changement annoncé pour une guinée meilleur restera une illusion et lui se fera passer comme un bien mauvais sauveur d'une guinée malade de ses gouvernants.
L'on se souvient que sous le premier régime guinéen dirigé par AST, les opérateurs économistes guinéens et les intellectuels ont quittés le pays en quête de sécurité et ou d'émancipation intellectuelle. Après le 03/Avril/1984, beaucoup ont regagné le bercail et ont investi tant bien que mal en tant qu'opérateurs économique et d'autres ont mis leur savoir au service de l'Etat. Depuis le 23/Décembre /2009, et l'avènement du CNDD, on assiste à des opérations coup de point menées par l'armée à l'endroit de citoyens et surtout des opérateurs économiques, raquettes, intimidation et autres formes de violence gratuite sont désormais le quotidien de bon nombre de guinéen. Récemment avec l'opération visant à récupérer les biens mal acquis de l'Etat par certains citoyens, les bulldozer se sont activés de partout sans aucune procédure d'expropriation émanent de la justice. Ainsi en plus de tout casser sans contre parti alors que ces biens mal acquis ont fait l'objet d'achat avec la complicité de l'Etat guinéen et ou du cercle familial de Conté, les militaires extorquent de l'argent aux ex-occupants de ces lieux. Ce qui serait normal, c'est de faire passer la justice, mettre à la même table tous les acteurs de ce marchandage des domaines publiques, non pas au profil du trésors public, mais celui de fonctionnaires véreux qui n'ont aucune morale. Résultat de la course, c'est l'exil forcé une fois encore de bons nombre de riches guinéens bien que dans la majeur partie des cas c'est mêmes riches se sont fait du fric sur le dos et de l'Etat et de celui de ces citoyens. Poursuivre sur cette voie créera une spirale d'injustice et ni l'Etat ni les citoyens ne sortiront gagnant. Ce qui sûr ce que tous les commerçant qui partiront de chez nous irons soit au Sénégal ou dans un autre pays voisin investir et creer de l'emploi et de la richesse à l'image de Mamadou Sagallé (exilé au Maroc) et récemment semblerait-il Diallo sadakaadji  (qui lorgnerai vers le sénégal), celui là même qui, en 2008 venait en aide à l'Etat pour calmer la colère de militaires membres actuel du CNDD. Entre impunité, injustice, intimidation et affairisme au sommet de l'Etat, la restauration de la confiance nécessaire à l'afflux de capitaux pour notre pays sera difficile et si S(d)uper Dadis ne s'y penche pas sur cette question de restitution des domaines de l'Etat en passant par le justice, le changement annoncé pour une guinée meilleur restera une illusion et lui se fera passer comme un bien mauvais sauveur d'une guinée malade de ses gouvernants.

Publié dans GUINEE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article